Nos étudiants étaient invités mercredi dernier au cercle d’affaires B19 pour une conférence en présence de Vincent Van Dessel, membre du comité de direction d’Euronext Group et CEO d’Euronext Brussels.

 

Principale place boursière de la Zone euro avec plus de 1 300 émetteurs représentant une capitalisation boursière totale de 2 600 milliards d’euros, Euronext est issu de la fusion en 2000 des Bourses d’Amsterdam, de Bruxelles et de Paris. L’objectif étant alors alors de tirer parti de l’harmonisation des marchés financiers de l’Union européenne induite par l’introduction de la monnaie unique.

Président de l’institution depuis 2009, Vincent Van Dessel connaît bien la maison, il a effectué une très grande partie de sa carrière à la bourse de Bruxelles dont il a également été directeur général. Une vocation sous forme d’histoire de famille puisque depuis son arrière-grand-père, président de la Bourse de Bruxelles lui-aussi, toutes les générations ont joué un rôle significatif dans la haute finance. Des valeurs du passé sur lesquelles il continue à s’appuyer puisqu’il définit la bourse d ‘aujourd’hui comme l’émanation directe de la première place financière créée à Bruxelles en 1801 par Napoléon : « La fonction est la même, la bourse reste principalement une place de marchés dont la façon de faire a simplement évolué avec son temps. »

Planétaire, ultra-numérisée et extrêmement réglementée la bourse du 21ème siècle reste fidèle à un principe de base qui est de faciliter les financements de sociétés par l’organisation d’un marché d’échanges totalement transparent. Et après la dernière criée traditionnelle en 1996, l’informatisation complète des bourses puis la fusion qui allait se matérialiser dans les années suivantes ont permis à celle de Bruxelles de s’affirmer au côté de partenaires originellement plus puissants.

Vincent Van Dessel préside aujourd’hui à la destinée d’une entité qui génère plus d’un million et demi de transactions par jour au plus haut niveau mais s’attache également à élargir le champ d’action d’un secteur qui reste encore parfois un peu mystérieux pour le citoyen lambda. C’est pourquoi il insiste également sur la mise en place de différents programmes de formation en matière de sociétés technologiques ou familiales, destinés à changer les mentalités et ouvrir le schéma boursier à la curiosité de nouvelles générations d’investisseurs. En concluant : « La bourse est un moyen de créer des liquidités à tous les niveaux ».

TEXTE: Pierre-Henri De Vigne